album1Non je ne suis pas une vieille provinciale aigrie qui rêverait de recevoir un sésame pour m'offrir plein de fringues "top fashion" pour 3 fois rien ... Je suis juste énervée de voir la blonde à neurone de molusce se débattre depuis 15 jours ... Explication :

Déjà, définitons ce qu'est une vente presse : une vente presse est une vente privée et "confidentielle" où les créateurs branchouilles (comprends Maje, Manoush, Vanessa Bruno et cie) écoulent leurs collections (passées, présente, futur ....). En théorie, ces ventes sont réservées aux personnes de la presse (d'où le nom de vente presse, facile !!) pour que ces chères prêtresses de la mode et du bon gout s'offrent à prix ridicule ce que nous (pékin de base) payons la peau des roubignoles (celles de monsieur de préférence, nous ne sommes pas ... encore ... équipées). Les marques espèrent ainsi se faire bien voir et donc avoir de la pub dans nos chers magazines de mode. Passons maintenant du "nous" au "vous". Vous m'excuserez de me désolidariser cette joyeuse manifestation.

Cependant, la réalité est loin de la théorie. Les ventes presses sont ouvertes à toutes personne ayant un cartons d'invitation. Pour cela, vous devez être une bonne cliente de la marque et être inscrite sur les listings.Les ventes presses engendre un véritable petit traffic, les invitations s'échagent et se vendent. Qui voudra une invitation Maje contre une invitation Vanessa Bruno ? Qui voudra bien revendre une invitation Chanel ??

Maintenant, voyons comment se déroule une vente presse : Ensuite, il ne vous reste plus qu'à faire la queue 2 heures au milieu d'autres "privilégiées", de passer le temps en nouant de nouvelles amitiés avec ces femmes si exceptionnelles (la preuve, elles sont là, avec vous). Une fois à l'intérieur, vous vous précitez sur la moindre fripe qui passe devant vos yeux. Veillez à bien slalomer entre les autres priviliégiées et à éviter de shooter dans les trucs au ras du sol (= les enfant que vos collègues privilégiées ont amenés avec elle, la baby sitter étant une denrée rare et chère de nos jours). Vous la prenez, elle est belle, et des fois qu'une folle essaie de vous la reprendre, vous la serrez très fort. Vous faites de même avec 5 ou 6 autres fringues, sans vraiment faire attention à ce que vous prenez. Bien entendu, la cliente des ventes presses ne peut essayer ses trouvailles sur place (ah bah, on ne peut avoir le beurre, l'argent du beurre et le fils de la crèmière).Vous faites donc la queue encore 30 minutes pour payer (et vider au passage votre compte bancaire de votre dernière paie).

Vous voici dehors avec vos nouveaux meilleurs amis. Vous vous empressez de rentrer chez vous pour essayer ces merveilles ! Mais là, malheur, c'est soit trop grand, soit trop petit ... Vos bébés ne peuvent rester vos bébés, ils ne vous vont pas. Ils ne mettent pas votre corps parfait de déesse en valeur. Coup de poignard en plein coeur. Alors, vous vous résignez, l'âme en deuil, à revendre vos chers petits sur eBay. Mais attention, le désespoir ne vous a pas fait perdre toute notion du réel. Vous allez bien sur revendre ces saints grall au minimum 30 euros de plus que vous ne les avez payé. Vous n'êtes pas folle, et à la limite, vous êtes une sainte (oui oui, une sainte !!). Vous proposez ainsi aux pauvres êtres exclus des ventes presse des articles magnifques à des prix de toute façon moins chers que les prix boutique.Vous finissez votre journée heureuse et comblée et allez vous coucher en rêvant du prochain sac Vanessa Bruno que vous pourrez vous offrir grâce aux bénéfices.